Maitre-C78

Maitre-C78

A ma douce fellatrice

 Poèmes écris après une soirée ou ma fellatrice a fait jouir son Maître malgrés que cela lui était interdit - sa punition fut a la hauteur de la gravité de sa faute. En effet une soumise lors de la fellation doit savoir s'arrêter juste avant le point de non retour pour faire durer le plaisir de son Maître et que la jouissance final soit encore plus puissante.

 

Hommage à ma délicieuse Soumise.

 

Emparez-toi de ma queue dressée

Qui désigne  aujourd'hui ta bouche.

Saisis la, pointée sur tes lèvres,

Presse la, pour que de la source 

Jaillie  de mon plaisir la sève.

 

Puis approche  de ton visage de ce glaive suintant,

Effleure-le du bout de la langue

La pointe vive de cette chair forgée


Enchaîne à ton palais mon martial argument,

Embrase-le sous le feu de ta gorge,

Rende-le captif entre tes dents despotes,


Donne-lui une dureté de marbre.

Qu'entre tes muqueuses linguales

Le vivant blason de ma virilité

 trouve une prison d'or idéale.

 

L'arme de vie est assujettie aux caprices de  tes lèvres,

De ta langue, de ton palais.

De tes sussions

De  tes envie de t’abreuver

 

Tourmente cet arrogant membre,

De ta langue affole en sa pointe auprès du méat

Lèche  et avale les réservoirs de ton plaisir a me boire.

 

Tout au long de mon membre prisonnier d’elle

Ta langue me parcoure de toute la longueur

,et de plaisir me fais frémir

 

Ta  bouche est souveraine, exquise et magistrale

Ne le libère pas  de ton intime étreinte tant que
ne se déversera pas dans ta gorge

Tout le jus d’homme et que tu t’en abreuve jusqu'à plus soif.
 
Pendant que s'agite entre tes lèvres distendues

l'objet de tous ces discours,

Et que ta bouche exerce autour de celui-ci

l'Artus et souvent interdit du supplice oral,

 

De mon autorité j’agrippe ta tête

Je passe ma main dans tes cheveux,

que j''attire encore en profondeur

de ta gorge chaude

Puis je caresse ta joue déformé

sous les assauts répétés de ce Pieux démesuré
prêt à dégorger nectar de vie...

 

J’impose de vas et viens plus régulier et puissant

Je t'impose mon rythme du plaisir

que j'ai de te soumettre ainsi

A ta bouche gourmande sur mon membre

durcis et gonflé du plaisir de tes succions

Qui s’empale en la profonde gorge

Ca y est, je perds pied,

ma vigueur se disperse hors de moi...

Le Fiel jaillis, s’écoule de moi

Et mon corps sous ses spasmes libère mon énergie,

J’éclate en des râles rugissant dans la nuit,

J’explose et mon corps en tremble.

 

Ta  bouche reçoit comme une offrande

l'onde généreuse qui déborde de tes lèvres,

Et qui s'égare, trop abondante, au fond de ta gorge

Pourtant, par riches lampées tu peux encore

T’imprégner la langue de ce moelleux breuvage,

 

Assoiffée, avide, ivre de ma chaleur !

Et puis dans ce calice que je viens d'emplir, d'honorer,

Dans cette bouche déclose et souriante qui
s’abreuve de mon "honneur offert",

Je viens étancher ta soif gourmande de mon jus d’homme.

Le liquide onctueux et chaud se mêle à notre baiser profond,

Et celui-ci devient bien vite, crémeux, au goût d’épice chaude.

Nos souffles mêlés sentent le musc, l'ambre et l'écorce.

Ce sont les effluves d'une terrestre félicité.

 

Ne me regarde pas jouir,

baisse la tête écoute ton Maître rugir

de son plaisir et du tiens

Avale doucement le nectar que

je t'ai offert  pour te remercier

de m'être totalement soumise

 

Sois mienne inconditionnelle.

A toi ma douce Fellatrice

Maître Charles78610

M840

 

 



22/09/2011
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres