Maitre-C78

Maitre-C78

J'ai faim de ta soumission

J’ai faim de ta soumission.

 

J'ai faim de ton corps
De ton corps mi dénudé.
A y penser j’endure de long tourment
T’imaginant en mon sommeil                                                                                                     

Prosterné, offerte, écartelé ta croupe ouverte   est chaude un soleil                                                                                                                                 

que de mes mains effleurent et te pénètre.

 

 

Mes yeux effeuillent ton corps
de ses habiles imaginaires pour mieux le découvrir et le parcourir
alors que je me libère de ma prison ou je suis à l’étroit
mon membre alors prend l’air se redressant fier enfin vers toi.

Nos sens nous attirent et nous obligent, 

                                                                                              

Face à moi maintenant à genou en prière  
Ton regards se figent dans le mien m’implorant de tes désirs de soumise                                               

et l’un en l’autre sans mots inutile s’accouplent, se parlent.                                                              

J’entends tes désirs, du fouet de la fessée de la cravache et de la saillie                                                                        

Tu me parle de ton regard


Alors que ma main parcourent tes orifices humides et frissonnants,
Je sens alors monter en toi le fiel brûlant du désir,

Et en moi l’a faim ce fait vorace,
Mes doigts se retrouvent en tes orifice tantôt l’un tantôt l’autre
Tes gémissements sont comme une dernière prière
Tu me supplie, de succomber à tes désirs brûlants
qui t’envahissent les yeux maintenant baissés


Tu gémis de ne point céder à la folie de tes sens.

Mes doigts jusqu’à ma main te pénètre en un dialogue muet,
tu es là posé, hésitante offerte déjà perdu dans la douceur enivrante de tes sens,
Tes seins pointent, tes tétons sortent et durcissent                                                                        

 Mes mains se saisissent d’eux et les étire,


Ton bas ventre est brûlant tu te cabre.                                                                                                     

Soudain des larmes de jouissance s’échappent

Prosterné encore tu tends tes reins en arrière                                                                                      

 m’offrant encore plus ta croupe généreuse  et ouverte                                                                   

Doucement vient me chercher à t’empaler la chatte ouverte                                                      

d’où s’écoule le fiel de ton désir sur mon pieux.


Mon membre ce durci à son contacte
Tu t’ouvres, m’offrant l’intime l’entrée
humide et douce par la peur qu’en toi j’ai éveillé.                                                                                

Je me refuse à cette offrande et pose mon membre                                                                                          

sur l’autre entrée plus étroite enserré

 

Je te sens en ton désir en l’éveille de tes sens                                                                                               

et de ta crainte soudaine, alors que je te clac les fesses                                                                                   

que ma main rougeoie les lobs gracieux de tes fesses,                                                                               

 tu gémie de nouveau de la douleur jouissante,                                                                                  

tes râles et gémissement sont un appel à te saillir enfin.

 

Nos corps alors s’attirent se redresse l’un contre l’autre
Je te saisit par les hanches                                                                                                                          

tu sais que maintenant le moment redouté est venu                                                                          

Que tu ne pourras t’échapper                                                                                                                       

Je t’ordonne de venir à moi t’empaler sur mon pieux                                                                                

Dur et gonflé de semence en un geste précis et….                                                                              

 Définitif…,  

Tu t’empale résigné mais désireuse d’appartenir à TON MAÎTRE                                               

sur mon membre alors que je t’attire à moi                                                                                           

ainsi commence alors, la dance de ma chevauché de plus en plus profonde                                                  

en tes abysses  mon membre entre en tes profondeurs,
cherchant son chemin en ton étroit anneau sacré 

 
il chercher la lumière de la jouissance et du plaisir d’appartenance

Mais mon membre dressé en toi vis
il a trouvé le chemin dans ton chaud labyrinthe
il se redresse encore gonfle à chacun de mes élans en tes  profondeurs
Et garde fière allure, te soulevant en des vas et viens violent
T’arrache alors des cris, des pleurs, des râles, et gémissements.

 
Tu pars vers les mondes ou je n’aurais jamais accès
Tu sens jaillir alors en toi l'apothéose

Mettant à vif l'indomptable
Qui soudain explose En tes abysses chaudes
Qui m’enserrent comme pour ne faire qu’un ensemble
Je continue à te donner toute ma semence en des rut effrénés,                                                                     

toute ma puissance vit en ton corps qui ce cabres                                                                                               

ta respiration s’affolent aux rythme fou de nos corps profondément accouplés
tes seins pointent  leurs petits bouts durcis

 

 

Je me délecte de tes râles
je m’émeut de tes larme qui s’écoulent de tes yeux                                                                                     

 ton corps tremble et vacille, ta tête s’affole de tous sens                                                                                            

 ta gorge lâche des râle et cris de jouissance,                                                                                            

mes mots cru te déchaîne encore plus                                                                                                                 

tu cherches une appartenance totale comme, je la veux


Me retenant plus seuls mes rugissement te ramène à la raison                                                                      

je calme mes émois en un rugissement
qui crée en toi l'absolue abandon                                                                                                              

alors ma semence en toi jaillie en des spasmes violent                                                                                 

de toute ma puissance inondant les profondeurs de ton corps.

                                                                            

Tu t’écroule dans ton voyage de jouissance t’abandonnant totalement                                                                

Tu es mienne ma soumise maintenant  

A Vous qui sont et furent mes Soumises.



03/03/2017
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres