Maitre-C78

Maitre-C78

Le BDSM - DS - SM

Le plaisir est pour le corps,

le bien être pour l’âme.... 

   Léon Tolstoï  1828-1910.

Homo sum et nihil humanum a me alienum puto

 

D/S - BDSM - Définition - Psychologie - Plaisir.

2016-02-15 09.08.00-1.jpg2016-08-23 14.33.47.jpg

 

Il est malvenu d'exploiter les faiblesses, où la mauvaise estime de soi d'une partenaire
La mauvaise estime de soi doit être dépassée et ses faiblesses doivent devenir ses forces.
Se sont la des barrières que le Maitre doit  aider à dépasser.
Le Maitre se doit de faire grandir sa soumise de la guider pour dépasser ses faiblesses et le mesestime de soi, que cela ne soit plus des barrières pour s'épanouir
 Le Maître se doit de Valoriser ses soumises et non pas aviliser  ou rabaisser au rang "de moins que rien". Elle est un Don Précieux. 
 CIMG0589.JPG

Mes années passé en tant que Dom-Maître, m'ont amenées à des réflexions souvent en discussions avec d'autres personnes pratiquants le BDSM, mais aussi mes soumises. L'avilissement, la vulgarité, les insultes, le crad hard, les violence Inutiles le sang, sont à BANNIR  de la relation D/S.

J’énumère ici mes réflexions qui ne sont pas que de moi mais aussi d'autres personnes qui comme moi sont Dom femmes et hommes. Ces réflexion n'engage en rien personne ni moi-même elles sont donné ici telle qu'elles sont. Leur interprétation et mise en pratique Vous sera toute personnelle. 
Le seul but ici de ses réflexions sont de prévenir toutes personnes, du caractère souvent irréversible de la pratique, quant au retour en la vie vanille d'une soumise ou d'un (e) Dom. Mais surtout de prévenir les unes et les autres  novices, des Faux Maître personnes pervers qui utilisent le statut de Dom à des fins de satisfactions de leur EGO pervers pu juste leur besoin du bas ventre. 
Il faut bien distinguer   BDSM . Trois pratique différente trois philosophie de la relation (sans interdits ni tabous), différentes.
BD ...Bondage-Domination ( Contrainte du corps avec des cordages ou et des chaises métallique), pour réaliser le bondage il faut un dominant  et un (e)  Dominé (e) la confiance entre eux doit être totale. c'est un art de vivre souvent avec une recherche artistique de sublimation du corps de la femme. Cette relation est d'une grande intensité et l'Art y a une place importante.
Il faut un grand respect du corps de la dominée. La dominée, est parfois trop prise pour un objet ou jouer. Cet Art demande une grande dextérité, une grande Maîtrise, une grande confiance et un partage consensuel de la relation
DS....Domination Soumission (Que je pratique) souvent cette relation est un art de vivre en commun une relation ou l'un et supérieur a l'autre qui se soumet a cette supériorité de son plein gré, là il faut apprendre a bien ce connaitre . La personne soumise trouve la réalisation de ce qu'elle a au plus profond d'elle et confie cette réalisation (souvent refoulé) à une autre personne en qui elle met toute sa confiance, c'est la soumise qui choisie son dominant. La personne soumise à son dominant lui délègue toutes autorites sur elle, elle accepte consensuellement que c'est la personne dominante qui décide pour elle et donc dès le départ l'obéissance de sa part sera entière. 
Le partage dans cette relation doit être consensuelle. je l'explique ici plus loin. Attention dans cette relation, l'affectif joue un rôle important, une personne soumise ne pourra plus jamais être la même qu'elle fût avant,       SI, elle a eu un Vrai Dominant. Elle n'est pas un objet .
SM... Sado Masocisme, pratique par des personne ayant un vision plus hard de la relation ou la douleur du dominé est souvent son seul moyen de plaisir, de jouissance. ne prenons pas les mots dans leur intégralité du dictionnaire, non cette relation va au delà de la compréhension des besoin d'un être dominant et dominé en SM ne jugeons pas les personnes s'adonnant a cette pratique. Le dominant (e) dans cette pratique a besoin du plaisir du dominé (e) qui dans la douleur trouve son propre plaisir. Ne jugeons pas ne portons pas de critique sur ce que nous ne sommes pas a même de comprendre, mais il faut là aussi un partage consensuel total et une confiance a toutes épreuve. 
Respectons chacune de ses pratiques et chaque pratiquants dans leur recherche du                             "" QUI SUIS-JE ""
 
Quand je prend une soumise en main c'est pour la guider, lui faire découvrir et aimer son état de soumise et devenir femelle vivant Tous ces instincts desirs secrets et envies dont celle de se donner entièrement à Son Maître. " La servitude totale envers le dominant doit venir d'Elle ". 
 

• BDSM est une orientation sexuelle, avec une activité réalisée entre adultes consentants qui comporte des pratiques d'obéissance, de Bondage et de Discipline -B/D-, de Domination et de Soumission -D/S- et/ou de Sado Masochisme -S/M- et qui n'engendre aucun préjudice physique ou moral pour les pratiquants ou le public.

 

 

BDSM n’est pas un fétichisme. Aucune de ces pratiques n'implique obligatoirement le passage à l'acte sexuel ou quoi que ce soit de cette nature. Cependant, la sexualité fait partie souvent de ces activités par les participants comme un  des composants sexuel, ou du moins ayant un caractère érotique et/ou sensuel.

 

• Le BDSM est un choix fait d’une façon individuelle. Cet univers existe uniquement par celui qui le conçoit et par celle et celui, qui va le faire vivre.

Il y a des devoirs et règles, qui dictent ce qui ce peux ou pas, à part des réalités de sécurité, aucun manuel de référence, aucune vérité absolue sur les relations bdsm.

La ligne, entre ce qui est valable et ce qui n'est pas, est abstraite.

Ceux qui prétendent le contraire sont des ignorants. Il y a autant de BDSM différents que d'individus qui le pratiquent. Il existe tellement de possibilités au jeu d'échanges de pouvoir que les énumérer ici, serait quasi impossible. L'important est de cerner ce qui vous attire ou vous intéresse personnellement, au mieux de vos connaissances ou de vos fantasmes.

 

20160207_165800.jpg

 

• Garder à l'esprit que chaque personne est différente, chaque personne à ses propres désirs, fantasmes, ses propres attirances dans le BDSM. Dans ces jeux, il y à une libération des inhibitions et responsabilités qui permet de surmonter "l'éducation de l'interdit et des tabous".

La personne soumise ne se sent plus responsable. Étant donné la nature de ces jeux, il est recommandé d'agir d'une façon réfléchie et même avécu une grade Maîtrise de soI de ses instincts et de ses prompre désirs.

Les jeux BDSM font partie des jeux demandant le plus de préparation.

Ils nécessitent une grande énergie physique et mentale une GRANDE MAÎTRISE DE SOI.

 

Le seul moyen de se délivrer de la tentation,c'est d'y céder. 

Oscar Wilde  1854-1900.

 

• Une séance peut se dérouler dans un espace dédié chez soi, en club ou en extérieur. Des pièces appelées "donjon" peuvent également être aménagées uniquement pour ces séances. Elles sont alors adaptées pour expérimenter au mieux certaines pratiques et ajouter un certain confort.

 

BDSM - Pratiques - Séance - Niveaux - Accessoires. 

- Pratiques D/S -

 

Les pratiques.

 

- Symbolique - Cérémonial - Dressage - Education - Colliers - Laisse - Bondage - Saillie - Saillie double  - Saillies multiple  - Entrave - Attache - Fellation - Sodomie  - Gorge profonde - Suspentes  - Carcan - Exhibition en privé - Exhibition en forêt  - Dilatation sexuelle - Avaler  semence - Fistage  - Élargissement sexuelle  - Love machine  - Fouet / martinet / cravache  - Electro  - Privations sensorielles - Cuir et latex - Tenues imposées - Positions et attitudes imposées - Discipline - Fessées -Châtiments corporels - Humiliations - Jeux de Roles - Mises en scène -  Bougies - Tortures des seins - Tortures des parties génitales -  Jeux médicaux -  Chasteté imposée - Privation d'orgasme - Cagoule - Être photographié(e) / Filmé(e) - Dilatations - Godes/ Sextoys - Esclave.

 

 

 

Il y a plusieurs  étapes fondamentales:
 
1 - Novice (au début promesse d'obéissance. SN) 
La soumise en devenir fait une promesse qu'elle devra respecter pendant son initiation)
Elle délègue autorité au Maître pour son éducation. NOVICE=INITIATION c'est les débuts comme toute femme souhaitant devenir soumises.
Elle apprend les règles, se obligations.
Période variable ou la soumise, le Maître et la soumise font connaissance, elle est mise à différent tests respect et obéissance, éducation, motivation...
A la fin de cette période, bilans 1er contrôle par un contrôleur Maître de l’Obéissance en présence du Maître.Elle prend un "Parrain" A la suite de cette période d'Initiation,la soumise novice passe en statut de soumise apprentie.
 
2 - Soumise en Apprentissage (au début Serment d'obéissance SA)
Elle apprend ses Obligations de soumise auprès du Maître
et de tout les Maître amis de Son Maître.
Elle délègue toute autorité à son Maître pour son dressage physique. Période où la soumise prend réelle conscience de son statu  de Soumise,testes de sa motivation, endurance,
Dressage éducation recherche de ses limites et dépassement des limites. Marquage, annelage intime, A la fin de cette période bilans 2em contrôle par une contrôleur Maître sans la présence du Maître
A la fin de cette période, la soumise passe de statut de soumise apprenti en soumise reconnue.
 
3 - Soumise aguerrie (soumise reconnue SR) cette période est différente par les exercices d'éducation, de dressage,d'obéissance de soumission, totale à la fin de cette période.
Elle pratique, et respecte les règles, devoirs et obligations.
La soumise prête Serment d'Allégeance au Maître.
3em contrôle par plusieurs Maîtres en présence du Maître.
 
4 - Soumise esclave dans son serment elle s'engage encore plus physiquement l'appartenance sans condition et total au Maître en devenant Slave du Maître.
La soumise arrive à une période ou elle va à l'excellence. Marquage définitif, annelage intime.Elle choisira de devenir Slave.
La Slave délègue alors toute autorité physique et mental sur elle à son Maître.
Elle reconnait appartenir à son Maître totalement lors de la cérémonie du Serment d'Allégeance. 
Chacune de ses périodes se termine par une petite cérémonie.
Sauf le serment qui est  LA cérémonie d'appartenance totale.
Instantané 11 (14-04-2014 05-57).jpg2013-10-04 10.23.54.jpg
received_m_mid_1388314981404_59b477840b6c7b0585_2.jpeg
received_m_mid_1390152589114_e5901b4dd13c7b3292_0.jpegInstantané 3 (29-12-2013).png

Les principales pratiques sont : L’utilisation d’un vocabulaire de type maître/sse-esclave-slave, tutoiement, vouvoiement. Entraves et privations. Membres attachés, harnais en cuir, menottes, cordes, colliers, bâillon. Enchaînements, liens. Bondage simple et bondage longue durée (voir plusieurs heures).

 

Le recours à la privation des sens est très répandu  pour éveiller ou réveiller les sens autre qui sont souvent cloisonnés dans les interdits, les tabous, comme yeux bandés, masques et latex. Enfermement, mise en cage. Le fantasme de l’attente, la personne attend sans savoir ce qui se passera, ni quand. Exhibitions, nudité forcée, immobilité, décoration, état d'objet comme mobilier, table, comptoir, bougeoir, cendrier, etc. Adorations, rituels, interrogations, règles restrictives sur le comportement.

 

• Corset, pose de ceinture de chasteté, privation sexuelle à court ou long terme, déni d'orgasme, refus de parole et autres privations. Écartements, étirements. Suspensions. Application des poids et pinces sur le corps et sur les organes sexuels. Masturbation forcée, vibrateur sur ou dans parties sexuelles. Fessées et châtiments corporels. Canne, fouet, cravache, gifles, etc. Mise en scène ou non du châtiment. Jeux de rôles et jeux de service, femme de ménage, bonniche ordinaire, soubrette chic, soubrette offerte Humiliations, insultes, esclave, port du Plug, femelle à tout faire, Pluralité, objet sexuel, offerte, glaçons, tonte et rasage du pubis, fouille palpation corporelle, dilatations, Fistages.

 PaperArtist_2014-07-24_08-36-23.jpegPaperArtist_2014-07-24_08-36-42.jpeg
PaperArtist_2014-07-24_08-37-04.jpegPaperArtist_2014-07-24_08-37-54.jpeg
PaperArtist_2014-07-24_08-38-29.jpegPaperArtist_2014-07-24_08-38-10.jpeg
PaperArtist_2014-07-24_08-38-53.jpeg

Certaines pratiques sont parfois très fortes, donc il convient de ne pas les pratiquer sans expérience et sans avoir parlé au préalable des limites à ne pas dépasser !

 

- Séance BDSM.

 

• Séance est la période durant laquelle un ou plusieurs partenaires vont s'adonner à une ou plusieurs pratiques D/S. Pendant ce temps à durée variable de quelques minutes à plusieurs heures, voir jours, des jeux de domination et soumission s'opèrent. A l'issue de la séance, les participants perdent leur position dominante ou soumise. La limitation propre à la séance n'est pas obligatoire. Dans le cas d'une relation suivie, et selon un contrat établi entre la personne dominée, soumise et le Dominant Le Maître, ce rapport peut être constant dans la vie quotidienne. Il peut alors régir les comportements selon des codes bien précis et déclencher des jeux ou punitions à des moments totalement inattendus.

 

PaperArtist_2014-07-24_16-37-26.jpeg

 

 

 

 

PaperArtist_2014-08-24_12-59-23.jpeg

PaperArtist_2014-07-24_16-51-43.jpeg

 

 

 

 

• Niveau 1- Jeux à peine de la D/S: Fessées, pincements et mordillements légers. Absence quasi totale d'instruments et de scénario

PaperArtist_2014-08-29_11-05-48.jpeg

• Niveau 2- Le D/S léger : Apparition des liens, des premiers instruments de flagellations, et éventuellement de pinces. Petites contraintes. Scénario possible mais souvent primaire.

 

• Niveau 3- Le D/S moyen ou classique : Élaboration d'un scénario type: je suis le/la Maître/sse, tu es mon esclave et je te punis ! Utilisations systématiques d'instruments de flagellations, de pinces et d'attaches.

 

PaperArtist_2014-08-24_12-23-16.jpegPaperArtist_2014-08-24_12-51-36.jpeg
PaperArtist_2014-08-24_12-51-55.jpegPaperArtist_2014-08-24_12-53-25.jpeg

Apparitions de pratiques comme orties, bougies, jeux de gode, mise en condition de fontaine, lactation, 
marcher à 4 pattes, jouissance et orgasmes pluriels. Exploration des envie du fétichisme. Présence  de tierces personnes. Mais toujours en une relation ou le dialogue et consentement.  

 

• Niveau 4- Le SM plus Hard (que je ne pratique pas) Apparitions de pratiques plus hard Relations homosexuelles forcées. Humiliations forte, etc....(trop longue ici a énumérer. Cire de bougie chaude, flagellation réellement plus hard, (sang)  recherche de la douleur par le la soumise. Jeux avec godes. Jeux uro. 

le, (il y a beaucoup d'homme dans le SM.) la dominé (e) est et le souhaite souvent l'objet du dominant (e)

Par contre sont prohibés à ce niveau toutes pratiques qui feraient apparaître du sang. Les relations ou il y aurai du sang et plus du ressort du sadisme.

 

- Accessoires BDSM.

 

• Il y a de nombreux accessoires présents dans le commerce et qui sont dédiés aux pratiques BDSM : menottes, sangles, pinces, bâillons, cordes, fouets, etc. Cependant, tous les produits ne se valent pas et ne sont pas forcément bien conçus. Pour certains, il est également possible de se fournir dans des magasins spécialisés qui n'ont rien à voir avec ce domaine. Exemple : une cravache se trouve facilement dans une enseigne d'articles de sports. Un collier et une laisse peuvent se trouver dans une animalerie.

 

 

BDSM - Le Sain et le Pathologique - Abus - Limites 

 

• si vous êtes arrivé au BDSM, ce n'est pas par hasard !

 

N'est-ce pas? Vous cherchez sûrement à connaître un peu plus ces pratiques où l'on retrouve le Maitre et la soumise qui jouent un rôle érotique, un jeu sexuel qui n'est pas dangereux, l'organisation est souvent minutieuse, nous ne sommes pas des détraqués mais le fait de jouer au Maître et à l'esclave procure des sensations puissantes et rares. Quelquefois on y est adepte sans le savoir, puisque les tendances domination-soumission, typiques de ce type de pratique, sont implicites dans les jeux sexuels ordinaires du couple. Vus de loin, les jeux BDSM, font peur et fascinent à la fois.

 

• Le BDSM est devenu un phénomène de mode. Il se démocratise et se médiatise tant à la télé et radios, que dans la presse écrite et bien sur, sur le Net. Bien des fantasmes circulent au sujet du BDSM. Pourtant, ces pratiques sont avant tout des expériences librement consenties entre deux ou plusieurs partenaires. Ce plaisir, qui peut être très "cérébral", n’a rien à voir avec une agression ou une violence, mais relève plutôt de la découverte de nouvelles sexualités où les jeux de rôles ne subissent pas la pression de la conformité aux règles établies. Dans les jeux d'échanges de pouvoirs érotiques, les règles sont strictes et doivent respecter l'individu et son plaisir.

 

• Contrairement à la croyance populaire, BDSM n’est ni sexiste ni dégradante. Sexiste, par définition, impose un rôle de domination et de soumission, avec les sentiments selon la nature des personnes. Dans la philosophie BDSM, ces rôles et sentiments sont choisis d’une façon consensuelle, librement. Il y a une honnêteté en BDSM, une ouverture à propos des besoins intérieurs qui dépassent la nature des participants.

  

• BDSM n’est pas non plus un fétichisme. Un fétichisme va substituer un objet à la place d’une relation sociale. À cause de la nécessité de la confiance, de la communication et de l’échange de puissance, souvent la BDSM va inclure une relation sociale. La réalité et la relation BDSM vont souvent donner aux participants la chance d’explorer leurs phantasmes profonds.

 

• Le jeux SM est un jeu de "douleur" mais en même temps de plaisirs partagés, le but est de réaliser des fantasmes, le BDSM n'est pas une déviance et beaucoup de personnes qui ne l'a pratiquent pas ne peuvent savoir exactement comment cela se passe. Le but n'est pas de faire du mal ou de torturer son partenaire mais justement de lui procurer du plaisir intense et donc des émotions fortes, c'est la philosophie de se faire mal pour un bien intense, sensationnel.

 

• Il n'y a pas de recettes miracles. Savoir dresser, faire évoluer, puis entretenir sa soumisse est un art qui s'apprend au fil du temps avec du doigté, de la finesse et un sens de la responsabilité à toute épreuve.    Le Maitre est responsable de sa soumisse et la soumisse sert son Maitre.

Il y existe une infinité de pratiques et de manière de vivre une relation D/s comme choix de vie. C'est au contact de vous même, en communiquant et en discutant, que vous allez bâtir l'harmonie de votre mode de vie.

 

• Un bon jeu SM avec ou sans accessoire, avec ou sans douleur, est un jeu psychologiquement et physiquement Sain, Sur, Consentit et Négocié (SSCN). La tendance actuelle est de séparer les jeux SM sains des jeux pathologiques par leur dose de risque. Les facteurs de risques qui peuvent altérer et dévier les jeux SM vers des jeux pathologiques ont en général les origines suivantes 

 

- Abus.

 

• L’abus est rare mais peut arriver quand l’échange de pouvoir fait perdre le contrôle et de savoir doser, d’une façon adéquate, le pouvoir consenti. Quand un jeu SM dépasse les critères SSCN, il devient pathologique. Oublier un captif ligoté, laisser un captif seul, ne pas détacher rapidement.

Dans d’autres cas, l’abus vient d’un problème psychologique, quand par exemple un soumis désire être battu parce qu'il a une mauvaise estime de soi, qu’il pense, qu’il mérite d’être humilié, il peut consentir au delà du simple jeu. Quand une fille réclame une mise en scène de viol et accepte d’être violée réellement, le jeu n’est plus sain, il devient pathologique.

 

 

Espérant que ces quelques lignes éclaireront les débutante 

Texte repris lors de mes pérégrinations a vouloir comprendre mieux le D/s et BDSM

Restant Humble devant le don d'ELLE que nous fait notre soumise avec respect mes hommages à toutes

MC78  

 

 

 

 

Chacun de nous porte en lui le ciel et l'enfer.  

Oscar Wilde  écrivain 1854-1900.

 

BDSM - Lexique - Soumission - Domination Féminine - Esclave (*) - Donjon - Sadomasochisme.

 

- Dominant : Celui qui domine, qui s'arroge une grande autorité, exerce la plus grande influence ou le contrôle. Gouverne. Un Dominateur est un protecteur, un professeur et "amant" de la soumise. En tant que protecteur, il doit avoir une envergure et le mental nécessaire pour gérer une soumise. Évidemment, ici on parle de la force de caractère et de la personnalité.

 

- Maître : Le Maître est un niveau supérieur de contrôle en B&D. Le Maître applique les mêmes règles que le Dominant, mais dans un sens plus strict. Le Maître a une esclave, pas une soumise.

 

- Dominant professionnel : Est un travailleur du sexe qui tient le rôle du Dominant dans des activités BDSM. La plupart, qui sont des femmes dit dominatrices, ne fournissent pas de relations sexuelles et ne se considèrent pas comme des prostituées. La plupart des clients sont des hommes hétérosexuels qui veulent être dominés par un membre du sexe opposé en ayant une posture de soumission. Ces dominants peuvent agir seuls ou dans des établissements spécialisés.

 

- Dominer : Contrôler, gouverner ou régler par une autorité supérieure ou un pouvoir.

 

- Humilier : Diminuer l'amour propre ou la dignité. Mortifier.

 

- Humiliation : Technique largement utilisée dans le BDSM. C'est une étape psychologique qui conduit à un asservissement physique. La personne soumise humiliée, réduit à moins que rien, sera plus docile et réceptif aux commandements. Il est placé ainsi dans un état second qui l'enclin à obéir.

 

- Soumis-e : Celui qui est disposé à l'obéissance ou qui en a pris le parti après avoir résisté.

 

- Soumettre : Céder ou se rendre à la volonté de quelqu'un d'autre. Accepter d'être commandé.

 

- Soumission : La soumission, encore plus que la douleur, crée un état euphorique. L’abdication temporaire de toute responsabilité, de toute volonté et même de la maîtrise de ses propres fonctions naturelles, permet sans aucun doute d’accéder à un autre niveau de conscience. S’il est stimulé par les effets libérateurs de la pulsion sexuelle, ce renoncement absolu peut être un puissant instrument de réalisation de soi. Ceux qui éprouvent un sentiment de culpabilité associé à leur comportement sexuel se sentent délivrés par la soumission, puisqu’ils ne sont pas responsables de leurs actes.

 

• La soumission complète: est, pour certains, le moyen d’exprimer leur amour. Il arrive que le jeu soit une extrapolation de la réalité. Celui qui se sent infériorisé dans son travail pourra soit rejouer cet état, soit le contredire en devenant dominant. Le jeu sexuel permet alors de pallier une souffrance quotidienne.

 

- Sadisme : Perversion qui consiste à tirer sa satisfaction sexuelle de souffrances infligées aux autres.

 

- Masochisme : Condition dans laquelle l'excitation sexuelle dépend largement de la situation d'être abusé ou de recevoir des souffrances physiques, infligées par soi-même ou par une tierce personne.

 

- Switch : Mot anglais. En sexualité, être switch signifie que dans un rapport de complémentarité la personne peut permuter les rôles actif et/ou passif, soumis et/ou dominateur...

 

- Vanille : Quelqu'un qui n'est pas dans la philosophie BDSM. En alternative, comportement sexuel qui n'entoure pas l'activité BDSM.

 

- Domination Féminine : Appelée aussi Femdom, se réfère à des activités BDSM où le partenaire dominant est une femme que l'on appelle généralement une dominatrice. Un soumis, mais aussi une soumise, qui parle à une dominatrice doit la vouvoyer et l'honorer d'un titre tel que "Maîtresse", "Madame", etc. La Femdom se trouve souvent en association avec du féminisme radical et la suprématie féminine, soit en réel soit dans la sphère du fantasme.  

 

• Cela peut conduire à d'apparents paradoxes, tels que l'humiliation des hommes par la féminisation ou par un godemiché porté à l'aide d'un harnais par la femme. Pratiques telles que le fétichisme de la lingerie fine, l'adoration des pieds, le cunnilingus, souvent associé avec la facesitting, glorifient la féminité. Et réciproquement la masculinité peut être ravisée : torture des organes génitaux masculins, humiliation verbales se portant sur la taille prétendument ridicule du pénis, déni d'orgasme, port "forcé" d'une cage de chasteté...

 

- Donjon : Le donjon est un lien clos, spécialement aménagé pour des séances SM et généralement insonorisé. Cela peut être un garage, une cave, une chambre isolée, mais il comporte du matériel destiné aux séances diverses et variées. On y trouvera au choix une croix de St André, cheval d'arçon, roue, cage, tables, sling, choix de cravaches, plugs, gods, cordes, baillons, chaînes, crochets pour la suspension ou la contrainte, etc.

 

- Éducation anglaise : Pratique basée sur le concept de punition. Un des partenaires punit l'autre à l'aide d'accessoires ou non, cravache, fessée, fouet, etc. En mode "soft", le jeu SM peut consister à tirer les cheveux de sa partenaire ou lui donner quelques claques sur les fesses. En mode "hard", peut aller jusqu'à des jeux extrêmes.  

 

- Esclave : L'esclave est une personne qui n'est pas de condition libre, qui appartient à un maître exerçant sur elle un pouvoir absolu. La différence entre soumis-e et esclave est fondamentale : Une soumise se soumet quand cela lui plaît, parce que cela lui plaît et pour aussi longtemps qu'il lui plaît. Cela se produit rarement en dehors des jeux D/s. Une esclave est celle qui a choisi de se livrer à un Maître et de se soumettre de manière permanente. Se livrer et se soumettre, deux mots qui font la différence. L'esclave n'a pratiquement aucun droit. Un Maitre peut, s'il en a la capacité, être propriétaire de plusieurs esclaves.

 

 Désirer vivre en esclavage aux pieds de son Maitre-sse est une question de ressenti de soi.

A l'origine l'esclave potentiel exprime le souhait d'entrer en servitude auprès de la personne qu'elle considère apte à la dresser. Dans le désir d'esclavage il existe des besoins et des souhaits. Le Maitre utilise une variété d'outils psychologiques afin que l'esclave progresse en elle même afin qu'elle puisse se vivre totalement asservie. Ce n'est pas que l'esclave ne puisse pas se libérer, c'est simplement que son estime de soi, la perception qu'elle a d'elle même est inextricablement lié à sa nature d'esclave. Vivre autrement serait faire violence à l'image qu'elle a d'elle même.

 

• En totale sécurité avec elle même, appartenant totalement à son Maitre, l'esclave manifeste sa paix intérieure au travers le service et la création, ce que l'on peut définir comme l'accomplissement de soi. Elle progressera ainsi vers des sommets de joies profondes, vers l'acquisition de nouvelles aptitudes qui lui offre de nouvelles expériences dénuées d'ego, source de paix et de bien être.

 

- 24/7 : Utilisé pour décrire une relation à temps plein, 24 heures par jour et 7 jours par semaine.

 

- Sadomasochisme : Perversion qui consiste à accéder au plaisir et à la satisfaction sexuelle, de la pratique simultanée du sadisme et du masochisme. Si vous ignorez le terme "perversion", vous pourrez noter que nulle part dans les définitions n'apparaît le terme souffrance. Toutefois, dans le sadomasochisme, la souffrance est le plaisir. La soumission est un outil pour corriger des actions incorrectes de la soumise. En DS, il n'y a pas (ou ne devrait pas y avoir) de blessure, d'atteinte à l'intégrité. En Sadomasochisme ou SM, il n'y a en général pas de limites, théoriquement.

 

• La fessée utilisée en DS dans le cadre d'une correction, en SM devient flagellation destinée à infliger des souffrances physiques pour accéder au plaisir physique. Il y a entre eux une différence de gradation et de finalité. En DS le dominant punit rarement, la soumise, dans le but d'infliger une punition. Le SM, par contre, s'appuie sur cet acte. Nous ne disons pas que le S/M est mauvais ou indésirable. Il se situe un niveau supérieur par rapport au DS, et s'avère trop fort pour des débutants.

 

 

 

 

 

 

Il est malvenu d'exploiter les faiblesses, où la mauvaise estime de soi d'une partenaire et sa demande doit être parfois rejeté

 



30/08/2014
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres